uruvao utaa

uta,  s. the shore, or land, in opposition to tai, the sea; the parts towards the interior. [Dav : 9699] (note)
uta,  v.n. to be carried or conveyed by water.
— v.n. to be suspended; see faauta.
— v.a. to carry, to take by water. [Dav : 9700] (note)
uta,  s. pa. pn. intérieur des terres (par rapport à l'endroit où l'on est, dont on parle). Transporter par eau vers la terre; être transporté. (Nous terminons ici l'indication des directions usitées en langue Maorie, voy. Mai, raro. Uta terre, tai mer entre les récifs, tua haute mer, ne prennent pas l'article lorsqu'ils s'emploient en opposition l'un à l'autre. Celui qui est i uta à terre, va i tai, s'il avance vers la mer, il va i uta vers l'intérieur s'il s'éloigne davantage de la mer. Le canot qui est entre les récifs va i uta en se rapprochant de terre ou en y abordant; il va i tai en s'éloignant de terre; mais il va i tua à la haute mer, en commençant à s'y diriger, en dépassant le récif et à mesure que, déjà en haute mer, il s'éloigne de la terre. On dit à la question undé : no tai, no tua ou mai tai mai, mai uta mai : (mai ou no de, uta la terre, mai vers ici). Avec no on est libre de retrancher le dernier mai; mais si mei ou mai précède le substantif, il faut mettre mai après. A la question quà, on emploie la préposition na par : na uta, par terre; na tai, par mer. A la question ubi on emploie la préposition i à, comme à la question quo; mais i peut être précédé de te est : i tua oia en haute mer lui, ou te i tua oia, est en haute mer lui. on est i tua, i tai i uta absolument et sans relation avec personne; ou on y est relativement, c'est-à-dire plus dans l'intérieur des terres i uta, plus en haute mer i tua, qu'un autre). [Jau :5080] (note)